Argent colloïdal

Découvrez l'argent ionico-colloïdal, une puissante solution antimicrobienne 100% naturelle et efficace

Argent colloïdal
VIP


L’argent colloïdal, une médecine millénaire

La première exploitation de l’argent à fin médicale date de 5000 ans, soit 3 millénaires avant Jésus Christ. Datant de l’antiquité, il a été considéré comme étant un métal précieux, et valait aussi cher que l’or et le cuivre. Durant la première dynastie égyptienne, sa valeur dépassait celle de l’or et tenait un rôle culturel important au sein de cette société.Le pharaon Psousennès 1er s’est même fait appelé « Pharaon d’argent ». Au temps de l’esclavage, seul l’argent pouvait permettre à un esclave d’acheter sa liberté auprès de son maître. Au fil du temps, l’usage de l’argent s’est diversifié, on l’utilisait pour faire des échanges commerciaux, pour fabriquer de l’argenterie, pour servir de cautérisant ou pour être utilisé dans le domaine de l’alchimie. Pour l’usage thérapeutique, des méthodes de fabrication moderne d’argent ionico-colloïdal sont déjà mis en œuvre par l’Institut Katharos.

L’utilisation médicale de l’argent avant la découverte de l’antibiotique

L’usage thérapeutique de l’argent ne date pas d’hier. Déjà, dans la Grèce antique, Hippocrate utilisait de la poudre extra-fine d’argent pour soigner et cicatriser des blessures ulcérées. Les Arabes du Moyen Âge en usaient dans le traitement des rétentions hydriques et des manifestations cardiaques. Certains alchimistes en préconisaient pour guérir des cas d’épilepsie et de folie. Depuis toujours et jusqu’à maintenant, la médecine traditionnelle indienne utilise l’argent pour soigner l’hyperactivité de la vésicule biliaire, les fièvres chroniques, les ménorragies, les inflammations intestinales… Les Chinois ont exploité les effets antimicrobiens de l’argent depuis près de 7000 ans. Le scientifique Rivelin n’en prenait conscience qu’en 1869. En 1881, le traitement d’une solution à 1% de nitrate d’argent était préconisé pour prévenir les cas d’ophtalmie. Cette pratique a été baptisée « Prophylaxie Crède »et elle est devenue obligatoire dans la plupart des pays européens et aux USA. Ainsi, peu importe la forme de l’argent, qu’il soit en poudre, ionisé, sous forme d’aiguille ou autres… il a toujours été d’une grande utilité dans la médecine. Seulement, il a disparu de la scène médicale depuis la découverte des antibiotiques vers la fin des années 30.

L’âge d’or des antibiotiques est révolu, l’argent renaît de ses cendres

L’âge d’or des antibiotiques aura été bref (1940 -1965). Certes ces nouveaux remèdes étaient miraculeux, mais ils n’étaient pas sans failles, et dévoilent beaucoup trop d’inconvénients même. Ce qui a permis aux traitements à base d’argent de faire leur retour en force. Le Dr Carl Moyer et le biochimiste Harry Margraf furent les premiers à utiliser l’argent colloïdal dans le traitement de brûlures et d’ulcères dans les années 60. En utilisant cette solution, ces chercheurs en sont venus à cette conclusion : « L’argent est le meilleur germicide d’action générale que nous possédons ». L’action plus efficace de l’ion d’argent chargé électriquement sur des cellules cancéreuses a été démontrée par le Dr Björn Nordenström et le Dr Becker dans les années 70. Ce fut aussi le cas pour le docteur Robert Brook et Gary Smith. D’après des études récentes, une solution d’argent serait en mesure d’éliminer plus de 650 souches pathogènes. Selon les recherches du professeur Henderson, une formulation spéciale de protéinate d’argent à 10 ppm peut éliminer le virus de l’immunodéficience humaine du type 1. Les tests in vitro effectués par le Dr Williuam Burgdorfer ont permis de constater qu’une dose d’argent colloïdal à 15 ppm pouvait éradiquer complètement la bactérie responsable de la maladie de Lyme en l’espace de 24 heures. Les tests en laboratoire et in vivo sur les propriétés pharmaceutiques de l’argent colloïdal sont nombreux, chacun d’entre eux a permis de constater que les remèdes à base d’argent sont extrêmement efficaces. Certes, chaque forme d’argent est efficiente (nitrate, protéine, poudre, aiguille…), mais il est nettement plus opérant sous sa forme ionique et colloïdale.

C’est pourquoi l’Institut Katharos a opté pour le meilleur de tous : l’argent ionico-colloïdal. Cette solution d’ions et de particules d’argent est concentrée à 40 mg par litre, soit 40 ppm, pour encore plus d’efficacité. Elle est vendu par l’Institut Katharos en spray de 30 ml et 100 ml, ainsi qu’en flacon de 500 ml et 1000 ml. Pour découvrir sa posologie, c’est ici.

 

 


Argent colloïdal

Notez ce site



Compte Facebook


Laisser un message - ATTENTION 300 caractères minimum !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.